• La fin annoncée d'homo sapiens sapiens

    La fin annoncée d'homo sapiens sapiens. Sauver la planète, changer la société, Lauriane D'Este, éditions Sang de la Terre, 2007

    Lauriane D'Este est professeur des université, agrégée, docteur es lettres, habilité à la direction de la recherche, elle a enseigné en France et aux Etats-Unis. Elle a été pendant 6 ans vice-présidente de la Société protectrice des animaux, vice-présidente de France Ecologie et elle est également administratrice de la Société Nationale de protection de la nature (SNPN)

     

    "Allons-nous demain produire des hommes OGM, programmés pour résister à telle ou telle maladie, pour telle condition de vie sur une planète "inhumaine", quand nous aurons rendu la nôtre invivable ?"

    "Le progrès, hier encore révéré comme un dieu a montré ses limites. Il nous entraîne lentement mais sûrement vers l'épuisement des richesses de la planète, la famine, l'errance et cela pour des millions d'individus qui ne sont pas encore nés. Cette errance, nous refusons de la voir mais elle est déjà là dans les flots d'immigrés qui viennent frapper aux portes d'un Occident opulent, laissés pour compte et esclaves du tout économique, ils s'entassent dans l'ombre d'ateliers marginaux, niés en tant que travailleurs, oubliés en tant qu'humains. La civilisation technocratique a engendré une nouvelle pauvreté et celle-là est sans espoir et sans racines.

    Alors ne faut-il pas "refaire le monde" pour ces enfants qui viendront après nous et que nous qualifions de "générations futures" sans plus nous en préoccuper que d'une guigne, les mots se substituant à la réalité dans le vocabulaire des grands de ce monde.

    Il appartient aux élites de ce pays de les mettre en garde. Englués dans le jeu du court terme, des elections à répétition, des pressions des lobbies et des intérêts locaux, les décideurs d'aujourd'hui voguent sans boussole. Ils devraient inventer, pour notre société en mal d'idéal, un nouveau carnet de route avec d'autres ambitions que celle du PIB, de l'OMC, du respect du pacte de stabilité et des fluctuations du CAC 40. Ce langage, pour universel qu'il soit, ne parle qu'à une poignée d'individus nantis et laisse au bord de la richesse les masses oubliées des 5 continents : la plupart n'ont accès ni à l'eau, source de vie, ni au savoir, source de liberté, ni aux soins qui sauvent de la maladie : ils survivent dans la précarité."


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :