• Faut-il créer un statut d'éco-réfugié ?

    Des millions de personnes fuient la sécheresse, la déforestation, la pollution industrielle. Mais au regard du droit international, ces réfugiés d'un genre nouveau n'existent pas.

    La question de leur statut se pose de façon urgente, tant pour assurer leur survie que pour éviter les conflits futurs.

    Le nombre de réfugiés de l'environnement dans le monde augmente de 3 millions par an. Et le réchauffement climatique accélère le phénomène. En 2025, la sécheresse pourrait concerner 3 milliards de personnes sur les 70 % de régions arides et semi-arides de la planète.

    Une élévation d'un mètre du niveau des océans provoquerait l'exode de 50 millions de personnes.

    Marie Beuzard et Marina Julienne (Science et vie 2002 N°1020)

     

    Emigrer, c'était jouer son va-tout

    pour s'y décider, il fallait n'avoir aucun autre espoir

    Aujourd'hui presque tout l'espace est saturé

    les pays d'accueil sont rares

    Le rêve d'un ailleurs terrestre se heurte à la finitude de la planète

    Etre réaliste signifie désormais

    que l'humanité ne quittera jamais son berceau.

    Il nous faut faire face à nos difficultés

    en admettant, une fois pour toute

    que nous sommes prisonniers de notre planète.

    (Albert Jacquard)

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :