• Nous avons passé le cap des 2000 visiteurs. Merci à vous. Je ne pouvais pas penser que ma bouteille à la mer puisse être lu par autant de visiteurs. Que ce blog puisse continuer à servir de trait d'union entre ceux qui ne savent pas et  ceux qui savent ! Qu'il puisse contribuer à la prise de conscience collective et que chacun à son échelle fasse avancer les choses.

    votre commentaire
  • WASHINGTON (Reuters) - La Terre se rapproche de ses températures les plus élevées depuis un million d'années, estiment plusieurs spécialistes du climat dans une étude publiée par l'Académie américaine des sciences.

    Selon James Hansen, spécialiste de la Nasa, et les coauteurs de cette étude, les températures moyennes relevées en 2005 ne sont inférieures que de 1°C aux températures maximales du million d'années écoulées.

    Depuis trente ans, ajoutent-ils, la température de la Terre a gagné 0,2°C par décennie.

    Conséquence de ce réchauffement climatique rapide, notre planète n'a jamais été aussi chaude au cours des 12.000 dernières années.

    "Cette évidence implique que nous nous rapprochons de niveaux de pollution d'origine humaine dangereux", souligne James Hansen dans un communiqué, ajoutant que les émissions humaines de gaz à effet de serre sont devenues ces dernières décennies le principal facteur du changement climatique.

    Le réchauffement climatique a déjà des effets notables sur la faune et la flore. Selon une étude publiée en 2003 dans le magazine Nature, 1.700 espèces animales et végétales se sont déplacées vers les pôles à la vitesse moyenne de 6 km/décennie dans la deuxième moitié du XXe siècle.

    "Un réchauffement supplémentaire de 1°C nous ferait passer à un niveau critique", poursuit James Hansen. Si le réchauffement atteint 2 ou 3°C, la Terre deviendrait "une planète différente de celle que nous connaissons".

    L'étude est publiée dans les Proceedings of the National Academy of Sciences, publication de l'Académie américaine des sciences.

    Source : La lettre de Terre Sacrée du 26 septembre 2006, http://terresacree.org


    votre commentaire
  • Des images satellitaires ont révélé d'immenses fractures dans la calotte glaciaire arctique à la fin de l'été, s'étendant de l'Europe septentrionale jusqu'au pôle Nord sur une superficie plus vaste que la Grande-Bretagne, a indiqué mercredi l'Agence spatiale européenne (Esa).

    "Cette situation est différente de tout ce que l'on a pu observer lors des précédentes saisons de fonte record des glaces", souligne le responsable de l'analyse des images, Mark Drinkwater, sur le site web de l'Esa.
    La calotte glaciaire arctique se réduit comme peau de chagrin à cause du réchauffement climatique. A la fin de l'été 2005, elle ne s'étendait que sur 5,5 millions de km2, contre 8 millions de km2 au début des années 1980.

    La glace pérenne diminue elle aussi, mais c'est la première fois que ce secteur de l'Océan arctique démontre une telle fragilité, souligne l'Esa, qui publie les images sur son site (
    www.esa.int).

                               

    calotte glacière en 2005                                          calotte glacière en 2006

    Source : www.esa.int

    Pour en savoir plus : http://www.esa.int/esaCP/SEM7ZF8LURE_index_0.html


    Source : Terre Sacrée, La lettre du 22 septembre 2006


    votre commentaire
  • "Notre monde est menacé par une crise

    dont l'ampleur semble échapper à ceux qui ont le pouvoir

    de prendre de grandes décisions pour le bien ou pour le mal.

    La puissance déchaînée de l'homme à tout changer,

    sauf nos modes de pensée,

    et nous glissons vers une catastrophe sans précedent.

    Une nouvelle façon de penser est essentielle

    si l'humanité veut vivre.

    Détourner cette menace est le problème le plus urgent

    de notre temps."

    Albert Einstein

    Source : La médecine de l'habitat, Jacques La Maya, Ed Dangles


    votre commentaire
  • L'engagement des Etats-Unis sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre souffre d'une image simpliste véhiculée en grande partie par le refus de l'administration Bush de ratifier le protocole de Kyoto. Pour autant, cette vindicte, notamment française, ne doit pas masquer les efforts entrepris à d'autres niveaux .

    Le dernier exemple en date est la position du célèbre gouverneur républicain de Californie, Arnold Schwarzenegger qui a signé le 31 aout, avec le parlement californien, une loi sur la réduction des émissions de gaz à effets de serre : un "accord historique sur la législation pour combattre le réchauffement global" a t'il déclaré. En effet, la Californie est le premier Etat américain à s'engager sur des objectifs chiffrés de réduction des émissions de gaz à effet de serre, conformément au protocole de Kyoto. Ceci est d'autant plus courageux, qu'A. Schwarzenegger, républicain comme G.W. Bush, s'est mis à dos ses alliés pour obtenir le soutien de la majorité démocrate de l'état.

    Source : http://www.notre-planete.info/actualites/lireactus.php?id=993


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires